Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Partager ce Forum

Définir le DD

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Définir le DD

Message  Admin le Dim 23 Nov - 11:41

Le développement durable est un thème qui tend aujourd'hui à se vulgariser. Ce thème, encore mal
défini est source d'interrogations qui appellent alors à une mobilisation scientifique globale regroupant
des disciplines multiples. Aujourd'hui encore, les principales initiatives en matière de développement
durable ne se cantonnent que trop à des approches politiques et techniques, qui ne donnent en définitive
qu'une approche schématique du problème. Le développement durable est approché comme un idéal à
atteindre qui nécessite, de par sa définition, de concilier des objectifs environnementaux de biodiversité,
des objectifs de justices et d'équité sociale et des objectifs d'optimalité économiques. Or, cette
conciliation n'est pas spontanée et est au contraire source de conflit, de telle sorte que d'une définition
qui se veut unitaire on aboutit à des définitions plurielles dans lesquelles les intérêts manquent de
cohérence et de compatibilité. De fait, en associant des disciplines différentes aux logiques tout aussi
différentes, on se trouve confronté à un problème d'interprétation des termes dans lequel le
développement durable devient polysémique. Ainsi, le développement durable devient non seulement
difficile à définir (méthodes, indicateurs, temporalités, territoires…), mais est également confronté à un
problème de représentation. Ces représentations suscitent alors des discours et des mesures (qu'elles
soient réglementaires ou techniques) très différentes, voire en opposition. A la variété des
représentations s'ajoutent des disparités profondes entre les échelles territoriales (différences entre les
nations et à l'intérieur même des nations), qui rendent difficile l'appropriation du problème.

Autant de conception de la mobilité durable, autant de positionnements des acteurs. Là aussi, la
recherche doit permettre de clarifier à quoi correspondent les différents positionnements, et en quoi ils
donnent des clés de lecture sur la dimension décisionnelle des scénarios de mobilité durable à construire.
On distinguera plusieurs familles au sein des acteurs :
➟ Les experts : leur positionnement au travers des études prospectives indique à quelle "chapelle" et
discipline ils appartiennent ; tous contribuent à éclairer les différents pans de la problématique
d’ensemble, et l’inventaire de ces positionnements est nécessaire.
➟ Les politiques, ceux qu’il faudra convaincre in fine si l’on veut s’engager résolument sur la voie de la
mobilité durable, sont la plupart du temps sujet à une forme de schizophrénie entre l’action à court
terme et le discours à long terme. Ils ont généralement "la foi du charbonnier" dans la technologie
pour résoudre les problèmes à long terme… Par ailleurs, il est vraisemblable que la voie de la mobilité
durable demandera une modification profonde de paradigme dans le mode de production des
politiques, du centralisé au participatif, seule capable de garantir le minimum de consensus social
requis.
➟ Les autres acteurs : industriels, monde associatif, administrations publiques, seront les vrais acteurs
des changements requis par la trajectoire de la mobilité durable. Il importe ici aussi de bien
comprendre les positionnements des uns et des autres, leurs intérêts, leurs réticences et leurs
oppositions.



Le secteur des transports s'intègre dans la problématique générale du développement durable.
La mobilité durable y est alors un cas particulier, ceci parce que la place considérable que la voiture
particulière a prise ces dernières années suscite de nouveaux enjeux à la fois économiques, sociaux et
environnementaux.
➟ Economiques, parce que premièrement, l'industrie, née de l'utilisation massive de la voiture, est
source de gains considérables pour les économies ; et deuxièmement, parce que la voiture
conditionne les rythmes de vie des habitants (travail, loisirs…).
➟ Sociaux, parce que la possession d'une voiture s'est largement banalisée, dans les pays développés
notamment, et qu'outre le fait qu'elle véhicule une appartenance à un groupe social, elle est aussi
l'outil indispensable aux modes de vie des citoyens et peut alors être à l'origine d'iniquité, renforçant
alors les phénomènes de ségrégation déjà bien présents dans les sociétés contemporaines.
➟ Environnementaux, parce que l'utilisation massive de la voiture est alors sources de nuisances, de
pollutions atmosphériques, d'utilisation massive d'énergie et d'espace, préjudiciables à la santé des
hommes.
avatar
Admin
Admin

Messages : 554
Activité : 8
Date d'inscription : 10/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://mobilitedurable.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum